l’Apocalypse selon Jancovici


Jean-Marc Jancovici est devenu, depuis quelques mois, une vedette qu’on s’arrache.


Il faut dire que cet incroyant affiché a l’heur de partager avec le pape François et le grand troupeau des classes moyennes mondialisées, l’impératif moral de sauver la planète. L’époque a en effet réussi, à la faveur d’une sécularisation multiséculaire de la religion, l’osmose entre la machine et la spiritualité. C’en est la phase ultime, le supplément d’âme d’un système glacé en voie de se passer de l’humain, ou l’asservissant à ses besoins.


Jancovici draine, lors de ses venues dans telle ou telle École, les futurs ingénieurs, techniciens, spécialistes, dont nombreux sont ceux qui sont des bénévoles de son association, The Shift Project (en anglais, comme il se doit), mais c’est surtout sur la toile qu’il ameute le chaland, avec des vidéos qui « explosent » le compteur des « vues ». Car loin d’être un pédant académique et assommant, ce diplômé de Polytechnique et de l’École nationale supérieure de télécommunication (ce qui n’est pas sans importance), physicien apparemment solide, enchante ses auditoires avec une gouaille de gavroche attardé, un humour de laborantin espiègle.

Son style vestimentaire et langagier est tout un programme, du reste. Adoptant l’uniforme cool de la Silicon Valley, à la Steeve Job, en bon pédagogue, il parsème un discours technique tendu de plaisanteries frappantes et, parfois, de grossièretés de bon aloi, d’une rusticité qui rappelle le peu regretté Claude Allègre, plaidant pour une vision terre-à-terre, faisant fi des nébulosités d’artiste.

Pas question de littérature, avec lui ! Paradoxe apparent : il nous convainc, ou au moins nous persuade, que la fin est toute proche. Non seulement celle de chacun d’entre nous, pauvres hères voués à la disparition biologique, mais de notre monde. Encore reste-t-on vague à ce sujet : l’humain est-il condamné à disparaître ? Ou la civilisation qu’il a élaborée depuis la sortie du paléolithique, ou, du moins, depuis l’adoption des énergies fossiles comme mode de production d’énergie ? On connaît en tout cas le délai qui nous reste pour cueillir la rose, avant qu’elle ne se déclose définitivement, sursis n’excédant pas quelques lustres. Dans une centaine d’années, les carottes seront pour ainsi dire cuites.


Il est vrai que les prophètes de malheur ont souvent connu le succès, quoique Cassandre démente ce truisme. La Fin du Monde a non seulement été prédite, mille ans après la naissance du Christ, ou après sa mort (on n’était pas sûr), ou sous le règne sanglant des Aztèques, cette dernière prédiction ayant d’ailleurs été suivie d’effet. Si on jette un coup d’œil rétrospectif sur l’histoire des mentalités, pour peu qu’il subsiste des témoignages tangibles des angoisses des temps passés, on verra que celle de la fin du temps, ou de la civilisation, est récurrente. Mais rien ne se perd, tout se transforme, comme on le sait, et ce n’est pas le physicien Jancovici qui niera cette vérité des choses.

Augustin n’a pas dire autrement : la chute de Rome, prise par le Goth Alaric, en 410, avait noyé les esprit dans un pessimisme sans rémission. Le saint avait répliqué en relativisant la catastrophe : tant que la venue de Paraclet n’est pas d’actualité, le monde terrestre est soumis à la loi du devenir, à la caducité des êtres, animés ou inanimés, à la transformation des nations, des royaumes, des empires. L’essentiel est que l’éternel soit toujours là où règnent les cœurs des croyants, et l’Église sert de môle aux hommes, comme refuge et espoir du salut.


Or, pour Jancovici, qui est athée, il n’est guère de salut à brandir contre l’irrésistible anéantissement de la société industrielle fondée sur l’exploitation des énergies fossiles. Les faits, les chiffres, les constats sont là. Le pétrole, ressource essentielle, s’épuise rapidement.


A vrai dire, la science, en soi, se prévaut du doute méthodique, surtout quand on entre dans le domaine des causes, sinon des prédictions plus ou moins lointaines.
On sait, de science certaine, que la Terre disparaîtra dans quelques milliards d’années, mais bien malin est celui qui décrira ce qu’elle sera dans cent ans. On ne sera plus là pour le dire, du reste. Il est hors de doute – à moins que l’on ne soit un contestataire revêche et, somme toute, assez chicaneur – que le réchauffement planétaire s’accentue. Même si l’on fait remarquer que ce ne serait pas la première fois. J’ai trouvé, par hasard, un passage, dans Les Histoires, de Tacite, contant les
heurts entre les Romains et les peuples du Nord (Belgique et Pays-bas actuels), combats sanglants qui se sont déroulés vers 80 de notre ère, l’évocation d’un assèchement inédit du Rhin, fleuve, on en conviendra, autrement plus volumineux que le Doubs. Jancovici se fie aux conclusions du Giec, et quelques esprits forts, certainement très utiles au débat public, en ont contesté les méthodes.


Mais ce n’est pas sur cette question, très importante, certes, que j’aimerais insister.


D’ailleurs, Jancovici est assez fin pour ne pas mettre les pieds dans le même sabot. Il a capté la bienveillance des esprits critiques en s’en prenant, avec des arguments qui emportent l’assentiment, aux énergies dites « renouvelables », comme les éoliennes, technicisation calamiteuse de l’impératif écologiste, transformé en lobby douteux, et en louant la filière nucléaire. Mais, bizarrement, Jancovici a insisté, il y a peu, sur l’apport recommandé d’une certaine dose de ces moulins laids et encombrants, dont l’inefficacité ne reste plus à prouver. Il est membre, n’oublions pas, du Haut Conseil pour le climat auprès du Premier ministre.
Mais l’essentiel n’est pas là. Osons le dire : que ce réchauffement, indubitable, soit fatalement pérenne, et mette en danger notre destin, et la vie sur terre, nul ne peut l’assurer sans impudence. Il faut, bien sûr, prendre des dispositions pour s’adapter aux températures élevées, au manque d’eau, voire aux troubles inévitables qu’engendrent les déplacements de populations etc. Il faut convenir aussi que la civilisation occidentale, en rompant avec un mode traditionnel d’existence, a produit, à côté de bienfaits matériels indéniables, des méfaits gigantesques, qui ont détruit non seulement une grande partie de la nature, mais aussi l’intégrité humaine, son équilibre, la solidité de sa participation à la communauté.


L’individualisme, son hybris, ses pulsions, ont rendu la vie problématique, et la laideur a envahi le quotidien des foules, en même temps qu’un lot intarissable de nuisances, que nos ancêtres, qui n’avaient pas eu le temps, comme nous, de s’y habituer, auraient eu du mal à tolérer. C’est une bonne chose de conseiller la sobriété, et l’abandon du règne de la bagnole, des agglomérats citadins, de la grande bouffe. Encore faut-il que la volonté humaine accompagne ces saines résolutions !


Toutefois, une interrogation subsiste, sur l’importance du facteur humain dans le changement climatique, qui peut être naturel, et lié à un cycle, par exemple celui du soleil. Jancovici analyse la nature de la molécule de carbone, et on ne peut le contredire là-dessus. Comme je ne suis pas physicien, je laisse à d’autres le soin de disserter sur la pertinence de certaines conclusions.


Je préfère finalement me tenir sur un terrain sociologique, qu’on pourra croire « marxiste ». Mais l’on sait que Marx a emprunté ses outils conceptuels aux libéraux du début du XIXe siècle, qui avaient déjà analysé la société comme un milieu où les classes interagissaient en se conjuguant ou en s’affrontant. La classe, par exemple, de ceux qu’on appelait dans les années 1820, les « producteurs », et qui n’étaient pas encore cette bourgeoisie conquérante qui allait s’emparer des rênes du pouvoir avec Louis-Philippe et Napoléon III, rassemblait les « compétences » attachées au développement des forces productives liées à l’exploitation des énergies fossiles, en l’occurrence, à ce moment de notre histoire, avant tout la houille. Pour un Saint-Simon, ces « producteurs » sont aussi bien des chefs d’entreprises que des ingénieurs, des scientifiques, et même des écrivains et des artistes, à condition que leur talent fût mis au service de l’économie, du progrès, perceptive dont s’est moqué Stendhal.


Mais on voit bien quelle est la logique politique d’une vision qui prend pour socle la croissance (ou la décroissance) économique. Ceux qui comptent sont ceux qui sont utiles.

La justice de Napoléon III reprochera à Baudelaire et à Flaubert non seulement d’être immoraux (au fond, c’est une peccadille que la bourgeoisie sera bien capable de pardonner assez vite), mais, surtout, de choisir l’exil, l’art pour l’art, ou les nuages, la fuite hors d’une société qui prône l’utilité, l’humanitarisme à la Hugo ou selon les bonnes femmes de charité, l’amour du Bien et le service public. La Troisième république, par l’École, remettra les choses en place, et on apprendra à faire « avancer le progrès », avant de se contenter, les républiques passant, de faire « bouger les choses », au tournant de l’an 2000. Avant cette lubie, nous aurons eu le triomphe des bureaucrates, ceux qui gèrent l’État bienfaisant, les apparatchiks parfois dotés du knout, ne doutant de rien, dont l’obsession est, sinon l’abondance, du moins l’égalité, fût-elle aux dépens du peuple. Tout cela s’accumulant, bien sûr, l’homme de bureau coiffant l’homme d’atelier, ou le conseil d’administration, et le tout coexistant. Il est notable aussi que le bureaucrate sera en butte à l’arrogante invasion du financier, dont l’autonomie aura l’ampleur d’un monde décloisonné, « délivré » des limites territoriales et des règles sociales. Car autant le producteur et le bureaucrate pouvaient être arrimés à un espace déterminé, la nation ou l’empire, autant le financier prend son essor au-delà de toute frontière, et se sent aussi libre que l’oiseau dans des airs parcourus par tous les trafics et flux lucratifs ou dévastateurs, comme peut l’être la technique, favorisée par le numérique, l’électronique, et la mondialisation de l’économie.


Deux courants idéologiques accompagnent cette métamorphose du monde : d’abord le libéralisme, puis l’écologisme. Le premier aurait pu pâtir des résultats désastreux de son expansion. Or, contrairement au régime socialiste, il fait preuve d’une résilience exceptionnelle, bien qu’on le considérât bien souvent, durant les deux siècles derniers, comme condamné. Cependant, il jouit d’une capacité infinie à miser sur de nouvelles technologies. Le numérique a ainsi sauvé, à la fin du XXe siècle, une économie à bout de souffle. On voit cependant que, l’Histoire s’accélérant, ce libéralisme mondialiste, fondé sur l’usage d’internet et des miracles de l’électronique, connaît des signes d’usure et de rupture, qui laissent présager une crise dangereuse pour sa survie.


Or, l’Occident a trouvé la parade dans l’écologisme, et l’économie verte qui lui est liée. Les capitaux commencent à être investis en masse dans cette nouvelle industrie, comme on le voit avec l’accroissement du parc de voitures électriques.


Et c’est là que des gens comme Jancovici entrent en jeu.


Jancovici présente un parcours professionnel très intéressant de ce point de vue. Outre sa formation de scientifique, il a mené une carrière entrepreneuriale, fréquentant ainsi le monde des affaires, des grands patrons. Il a monté, en 2007, avec Alain Grandjean, un cabinet de conseil vendant des bilans carbones aux grandes entreprises, tout en leur donnant des plans d’actions pour réduire leur consommation. Il avait créé de même, en 2006, avec Jean-Louis Caffier et Hervé Le Treut les Entretiens de Combloux, séminaire où se retrouve tout le gotha de la Presse.


Depuis, il est professeur aux mines, et multiplie les conférences.


On a donc affaire à un homme que l’on peut considérer comme « introduit ». Sous un autre angle, celui de la sociologie, l’expansion illimitée de l’éducation, a été favorisée par l’accès relativement aisé aux études supérieures, donc par l’obtention tout aussi facile de diplômes, a accru la masse d’une classe moyenne dont la relation au monde est filtrée par des abstractions et des discours souvent nébuleux, et qui sont dotées d’une propension, comme le fit remarquer Emmanuel Todd, à ingurgiter toutes les âneries propagandistes que le système déverse pour voiler sa réalité, ces délires fussent-ils présentés comme des signes de rébellion. Des mutins de Panurge, disait Philippe Muray.

Au fond, il n’est pas nouveau de constater qu’une cervelle de mouton peut très bien coexister, dans une tête bien pleine, avec des connaissances scientifiques dignes d’éloge. Le stalinisme a été prodigue de ce type d’humanité. Mais il n’est pas besoin, pour suivre le courant comme un cadavre, d’être un Paul Langevin, ou un Frédéric Joliot-Curie, ou un Aragon de l’époque glorieuse du Petit Père des Peuples. Le peuple des diplômés est quant à lui bien souvent inculte, ne lit pas, et avale des vidéos à satiété. Cela lui suffit comme nourriture spirituelle.


Il se trouve justement que cette classe moyenne est le terreau sur lequel la Nouvelle Société prospère. Elle adopte l’idéologie transfrontalière, immigrationniste, et se montre très sensible aux discours qui dénigrent la civilisation qui l’a engendrée. Car les idéologies modernes n’ont pas seulement pour valeur opératoire la notion de progrès : elle s’abreuvent de ressentiment, de haine du passé, des traditions, et d’un état de société perçu comme un péché impardonnable.


La logique mise en œuvre avec talent par un Jancovici rencontre donc un désir violent parmi cette foule d’insatisfaits (même si, par ailleurs, il existe de fortes raisons de ne pas être heureux du monde présent) : celui de faire table rase, et de châtier une civilisation que l’on prétend coupable. Cette haine de soi (car que sont ces diplômés, sinon les fils de l’Occident ?) est voilée par l’exercice d’une raison technicienne. On comprend, on prend avec soi, on communie avec ce prêtre de la décroissance qu’est Jancovici, qui parle un langage certes un peu hermétique, car spécialisé, mais à peine, comme un théologien manie des termes dogmatiques en présence de ses ouailles assez éduqués pour le comprendre.


Néanmoins, il faut, avec lui, comme avec l’inquisiteur des temps anciens, mettre de côté ce à quoi on croit le plus, à savoir certaines valeurs que l’on croyait éternelles.


Pour les uns, ce sera la notion d’intégrité humaine et de liberté d’expression, pour les autres, ce sera le progrès, et les droits de l’homme. En effet, pour la première fois, avec un Jancovici, on peut, sans rougir, excommunier le progressisme, et le projeter, sans autre forme de procès, dans le camp du Mal. De même, les nécessités d’une telle décroissance, motivée par une urgence absolue, une question de vie ou de mort, impliquent-elles des mesures politiques draconiennes, qui rendent presque superfétatoire l’espèce humaine (c’est la planète, qu’on doit « sauver »!). On peut conjecturer que la simple pédagogie sera insuffisante pour persuader les masses de la pertinence d’une baisse drastique de la consommation, et de l’adoption d’un mode d’une existence qui tiendra plus du Spartiate et de l’anachorète, que du Sybarite. Il est non moins probable que l’invraisemblance d’un débat public (cause-ton lorsque le Titanic sombre, même pour décider qui on doit sauver en priorité?) aboutira à un régime autoritaire, voire totalitaire. Il est aussi fort probable que la température s’élevant gravement, et, conséquemment, le désert ayant gagné, des guerres civiles ou étrangères inexpiables (car il s’agira de survivre) éclateront, et des migrations massives, que l’on considèrera dans un premier temps comme légitimes, puisque les pays pauvres sont les victimes de l’Occident, déstabiliseront irrémédiablement certaines régions du globe, celles des pays riches. Dans cette guerre de tous contre tous, qui ressemblera à une tuerie généralisée au milieu de steppes désertifiées, la loi du plus fort, ou du plus prévoyant, l’emportera. Ce n’est plus un nouveau moyen âge qui nous est prédit, mais un retour au paléolithique à feu et à sang.


Jancovici souffle donc dans les trompettes du Jugement dernier. Nul Dieu pour nous sauver. Dans ses discours, aucun espoir, sinon celui de tenter de sortir de l’anéantissement les happy few qui auront été les plus malins. Qui, en vérité ? Les plus riches ? Les techniciens et ingénieurs ? Les survivalistes diplômés ? Tout ce qu’il avance est au fond peut-être vrai. Mais, quitte à paraître provocateur, je vais risquer une manifestation inconvenante de joie : enfin quelqu’un qui nous met notre ruine devant le nez ! Oui, la société productiviste danse au-dessus du volcan ! Ou, plutôt, au-dessus du vide. Il est bien entendu que le salut est de tout temps.


Mais notre époque a, de façon inédite, été celle qui a suscité une dévastation universelle, naturelle, humaine, un vrai blasphème, des crachats répétés sur le visage divin, sur la Beauté (dont Jancovici ne parle jamais). Et la catastrophe n’est pas devant nous : elle est là, et c’est hic et nunc qu’il faut tenter de vivre !

Claude Bourrinet

8 Commentaires

  1. Bruno Morana Attar

    Pour avoir suivi quelques conférence de Jancovici, le portrait qui en est dressé dans l’article, tant sur le plan “extérieur” de l’apparence que de la cinétique qui meut le bonhomme. Il est vrai qu’à première vue on est moins effrayé par gavroche qu’on peut l’être (réflexion préalable accomplie) par un Attali qui d’ailleurs nous vend maintenant de l’équitable” (Sauce Davos).
    La société de consommation telle qu’élaborée par ces “génies” du bonheur que l’on impose aux peuples (ignorants que sont ces gueux, sur le sujet” a prévu, comme le décrit très finement l’article, un bien de consommation tout particulier : celui de la pensée sur mesure, d’autant mieux vendu et rentable à la distribution, qu’elle est distillée par les médias dont les propriétaires achève de convaincre sur le sujet, ces “classes moyennes” dont le “mal être” les pousse pour s’en soulager, jusqu’à l’effacement qu’ils adoptent de toute mémoire, toute histoire, qui pourrait contrevenir à l’unité et l’égalité de tous sur le marché mondial : Tout se vend, s’achète, du téléphone portable aux utérus des femmes. Le droit au bonheur qu’on vous dit. Non, plutôt le devoir au bonheur, selon les nouveaux prêtres de cette religion nouvelle qui ne porte de symbole que celui des monnaies. Merci de ce bel article, qui m’a rendu, et je vous prie de m’en excuser, un peu bavard. Bon courage, Bon travail à vous.

    Réponse
  2. Bruno Morana Attar

    Correction : Pour avoir suivi quelques conférence de Jancovici, le portrait qui en est dressé dans l’article, tant sur le plan “extérieur” de l’apparence que de la cinétique qui meut le bonhomme est finement ciselé (oubli à la frappe)

    Réponse
  3. Dieu le père

    Vous dites de la merde, tout simplement, vous êtes perdu et je ne vais pas épiloguer. Chaque phrase, pour peu qu’on mette un peu de lumière dessus, s’efface comme de l’ombre et il ne reste de votre discours si bien écrit que quelques jolis mots qui n’ont pas voulu vous servir.
    Attention car je pense que vous avez un soucis mental et il est évident à vous lire que vous ne faites pas l’unanimité dans votre entourage, sauf peut-être les personnes que vous maîtrisez à la perversion…=)De plus Dieu n’a rien à voir là dedans, ou tout à voir mais ne l’embarquez pas dans votre folie dont j’espère que vous sortirez avant le jugement dernier!

    Réponse
  4. Geocaching

    “Toutefois, une interrogation subsiste, sur l’importance du facteur humain dans le changement climatique, qui peut être naturel, et lié à un cycle, par exemple celui du soleil.”

    Cette seule phrase discrédite totalement le propos de cet article. Il est scientifiquement prouvé que l’impact du soleil (ou tout autre facteur externe) est totalement marginal, voire inexistant.
    Il n’y a aucun doute scientifique sur l’origine humaine du réchauffement climatique que nous connaissons.

    Quant à invoquer le fait que la terre ait connu des phases de réchauffement/refroidissement par la passé, c’est oublier le facteur temps/vitesse. 4 degré en plus ou en moins sur 20000 ans, ce n’est pas la même chose que 4 degrés en 200 ans…

    Vos propos ne font qu’alimenter la stratégie du doute que les lobbies des hydrocarbures ont appliquée dès les années 70, reprenant les techniques de désinformation théorisées et développées par les lobbies du tabac dès les années 50-60.

    Mais peut-être mettez-vous également en doute la nocivité du tabac?

    Réponse
  5. Marc Manivel

    Je vais me contenter de faire un don financier au Cercle Aristote pour supporter son engagement en faveur du souverainisme, mais n’irais pas plus loin dans mon engagement, justement à cause de mon désaccord très profond sur l’écologie. Je suis 10 fois plus convaincu par Jean-Marc JANCOVICI que je suis depuis plus de 15 ans que par Philippe MURER présenté comme l’expert du cercle sur le sujet.
    Certes, il ne rejette pas officiellement totalement les éoliennes, mais il en parle néanmoins de façon très négative et c’est aussi une manière pour lui d’éviter un peu le reproche qu’on lui fait depuis des années d’être totalement inféodé au lobby nucléaire. Assumer depuis des années sur tous les plateaux qu’il n’y a eu à peu près aucun mort à Fukushima lié directement au nucléaire avec citation d’arguments précis n’est pas rien… Je connais bien des jeunes en particulier qu’il a contribué à “retourner” sur le sujet. C’est pourquoi il est aussi détesté par les « écologistes » autour d’EELV, du site Reporterre, du Monde… Appeler comme il le fait depuis des années à une reprise en main par l’Etat du contrôle de la production et la distribution d’énergie non plus. Dire que nous n’arriverons pas à parvenir à nos objectifs climatiques sans remise en cause du libre-échange ne fait pas de lui non plus un pur représentant du système…
    Au-delà du réchauffement climatique, le point dur qui n’est absolument pas abordé dans cet article à charge est l’épuisement des ressources au sens large, hydrocarbures, métaux, l’épuisement des sols… Mais à mon grande regret, il est de bon ton dans certains milieux souverainistes de remettre en cause non seulement les conclusions du GIEC, mais également le rapport Meadows, les conclusion de l’AIEA (Agence internationale de l’Énergie) sur le pic pétrolier et autre. Les discours et travaux de gens comme Philippe BIHOUIX, Nicolas MEILHAN, Guillaume PITRON devraient être pris bien plus au sérieux par les milieux souverainistes. Dans ce milieu également, je constate que ne pas croire à une croissance infinie dans un monde fini rendue possible par la science et la technologie vaut d’être jugée soit comme affreux malthusien sur la démographie, soit à la solde de Davos… Sur ce point aussi, je suis lecteur de l’affreux Jean-Claude MICHEA détesté par tous les « progressistes » qui pourtant fait à mon goût une des critiques les plus justes du système.
    Un autre point intéressant est que Jancovici rejette l’idée d’attendre une solution venant de grandes instances internationales supra-étatiques, mais pousse à la mise en place de solutions locales.
    En conclusion, au lieu d’attaquer inutilement Jancovici, je pense que les souverainistes devraient prendre acte qu’il bénéficie d’une grande écoute en particulier chez les jeunes, plus encore scientifiques, considérer au contraire qu’il est lui-même grandement souverainiste, s’appuyer sur ses discours en faveur du nucléaire, de la reprise en main de notre production d’énergie, la remise en cause du libre-échange…
    D’autre part, pour le suivre depuis plus de 15 ans, je constate qu’il est très ouvert au dialogue, qu’il a évolué, en particulier vers une pensée plus souverainiste, et est prêt à débattre, y compris avec des personnes pas nécessairement du « camps du bien ». Organiser un débat entre Philippe MURER et lui par exemple pourrait être intéressant. Le cercle a déjà invité Olivier REY, autre polytechnicien et pas franchement progressiste non plus pour avoir lu une interview de lui dans le journal La Décroissance, journal par ailleurs très critique aussi de Jancovici à cause justement de son « technicisme »…

    Réponse
  6. Nathan Giek

    Conf’ á Sciences People de Jancovici en 2021 avec … Delphine Batho ( une des dernières de la formation SOS Racisme- lycée… le meilleur atelier d’apprentissage à la manipulation des masses et à l’ancienne par Juju Rolex le trotsko cathodique toujours Draix dans ses bottes et sur CNews ) Si Jancovici affirme que « La physique est plus solide que la politique » il se liquéfie devant Delphine qui lui vole le chaud pour se faire applaudir pas les petits veaux bien nés quand elle braille façon AG de collège chic : «  l’avenir c’est l’éco féminisme ! »
    On visitera plutôt son site jancovici.fr que ses conférences en tube qu’on avale comme un Flamby et dont on ne retient rien – Notamment le détail de la production des énergies diverses et pour quelques ordres de grandeur pour un peu de réel bien flippant –
    Tintin n’a jamais prêté attention au druide barbu qui annonce «  la fin du monde arrive ! » à coups de gong. Résultat : Hergé et Degrelle sont morts.
    Donc plutôt que de moquer l’ X blond vous feriez mieux de signer la pétition pour l’interdiction de vol des planeurs nucléaires hypersoniques de Poutine

    Réponse
    • old local looser

      t’as raison, une pétition!
      t’en ta gueule Poutine!!
      il l’a bien cherché quand même!

      Réponse
  7. Jean-Jacques Raible

    SPIEGEL: La démocratie est simplement un terme bateau qui peut englober des conceptions très différentes. La question est de savoir si une transformation de cette forme politique est encore possible. Après 1945, vous avez donné votre avis sur les aspirations politiques du monde occidental et par la suite vous avez aussi parlé de la démocratie, de l’expression politique de la conception chrétienne du monde, et aussi de l’état de droit – et vous avez appelé toutes ces aspirations des « demi-portions ».

    HEIDEGGER: Permettez-moi d’abord de vous demander où vous avez vu que j’avais parlé de la démocratie et toutes les autres choses que vous venez de citer. Je les décrirais volontiers comme des demi-portions en effet parce que je ne pense pas qu’ils se confrontent véritablement au monde technique contemporain. Je pense qu’en arrière-fonds, ils ont dans l’idée que la technique est dans son essence quelque chose que l’homme garde sous contrôle. À mon avis, ce n’est pas possible. La technique est par essence quelque chose que l’homme ne peut pas maîtriser de son propre chef.

    SPIEGEL: Laquelle des tendances politiques que nous venons d’évoquer considérez-vous comme la plus appropriée pour notre temps ?

    HEIDEGGER: Je n’en ai aucune idée. Mais je vois une question décisive ici. Il faudrait d’abord préciser ce que vous entendez par « appropriée à notre temps », et ce que « temps » signifie ici. Il est encore plus important de se demander si l’adéquation à notre temps est la mesure de la « vérité interne » des actions humaines, ou si « penser et poétiser » (Denken und Dichten), en dépit de toute la censure imposée à cette expression, ne sont pas au contraire les actions susceptibles de fournir cette mesure.

    SPIEGEL: Il est frappant de constater que de tout temps les hommes ont été incapables de maîtriser leurs outils; il suffit de regarder l’apprenti sorcier. N’est-ce pas se montrer trop pessimiste que d’affirmer que nous ne serons jamais en mesure de maîtriser cet outil toujours plus puissant fourni par la technique moderne?

    HEIDEGGER: Du pessimisme, non. Le pessimisme et l’optimisme sont des positions trop étriquées par rapport à l’horizon que nous essayons de penser ici. Mais surtout la technique moderne n’est pas un « outil », et elle n’a plus rien à voir avec les outils.

    SPIEGEL: Pourquoi devrions-nous être tellement accablés par la technique ?

    HEIDEGGER: Je ne dis pas accablé. Je dis que nous ne connaissons pas le chemin qui s’accorderait à l’essence de la technique telle qu’elle s’est montrée jusqu’ici.

    SPIEGEL: On pourrait naïvement objecter ceci : Avec quoi devrions-nous transiger à ce stade ? Tout fonctionne. De plus en plus de centrales électriques sont construites. La production est florissante. Les habitants des régions terrestres les plus technicisées sont très bien pourvus. Nous vivons dans la prospérité. Qu’est-ce qui nous manque vraiment ?

    HEIDEGGER: Tout fonctionne. C’est exactement ce qui est étrange. Tout fonctionne et le fonctionnement nous pousse toujours plus loin vers toujours plus de fonctionnement, et la technique déchire les gens et les arrache de plus en plus à leur terre. Je ne sais pas si vous avez peur; j’étais pour ma part effrayé quand j’ai vu dernièrement des photographies de la Terre prises depuis la Lune. Nous n’avons pas du tout besoin d’une bombe atomique ; le déracinement de l’homme est déjà en cours. Nos conditions de vie sont devenues purement techniques. Ce n’est plus une terre sur laquelle l’homme vit aujourd’hui.

    Entretien avec le Spiegel de Martin Heidegger [réalisé le 23 septembre 1966] [publié le 31 mai 1976]

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles
du Cercle Aristote

« Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? L’Espagne et son système de santé face au coronavirus », par Nicolas Klein

« Faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain ? L’Espagne et son système de santé face au coronavirus », par Nicolas Klein

Il faut dire que l’épidémie de coronavirus qui touche notre voisin ibérique met à rude épreuve son système de santé et entraîne une remise en cause du monde politique notamment du gouvernement socialiste de Pedro Sánchez. Au vendredi 3 avril, l’Espagne compte officiellement 117 710 personnes contaminées par le COVID-19 et 10 935 décès liés à cette maladie.

lire plus